Maxime Aït Kaki

Docteur en science politique de l’Université de Paris I-Panthéon-Docteur en science politique de l’Université de Paris I-Panthéon-Sorbonne

Biographie de Aït Kaki Maxime

Docteur en science politique de l’Université de Paris I-Panthéon-Sorbonne, auteur de De la question berbère au dilemme kabyle à l’aube du XXIe siècle, L’Harmattan, Paris, 2004.

Ses articles

Intégration maghrébine et intégration panafricaine

n°41 Quatrième trimestre 2011

Du fait de la proximité géographique, des connexions historiques et des nombreuses interpénétrations culturelles qui lient le continent africain et le « monde arabe », la solidarité et la coopération afro-arabe ont toujours été proclamées et présumées. Déjà en vogue dans  les  enceintes  diplomatiques  « tiers-mondistes »  d’hier,  ces sté...

Maghreb : une intégration difficile

n°38 Octobre-Décembre 2010

L’Afrique du Nord jouit de quatre prédispositions à l’émergence d’une entité régionale d’envergure : une situation géostratégique enviable — ouverture sur l’Atlantique et la Méditerranée, continuité territoriale avec l’Afrique « noire » et le monde arabe, et une proximité à l’Europe —, 80 millions d’âmes mues par des affinités culturelles fortes, une certaine cohérence historique qui puise ses fondements dans les luttes anticoloniales, l’héritage arabo-musulman, la permanence berbère et les...

L'Afrique à l'heure du traité de Pelindaba

n°36 Janvier-Février 2010

« L’objectif final (...) est de parvenir à un monde entièrement exempt d’armes nucléaires » proclame le préambule du Traité de Pelindaba (Afrique du Sud) initié par l’Organisation de l’unité africaine (OUA). Cet idéal empreint d’un messianisme à peine masqué est désormais une perspective continentale tangible depuis l’entrée en vigueur de ce dernier le 15 juillet 2009,

Le Maghreb et les Etats-Unis à l'heure de Barack Obama : Rupture ou continuité ?

n°32 Octobre-Décembre 2008

Si le scénario de la présidentielle du 4 novembre 2008 avait été imaginé pour inspirer l’intrigue d’un roman de politique-fiction dédié à l’«hyperpuissance américaine» et qu’au centre de celui-ci ladite consultation électorale avait revêtu un caractère planétaire, Algériens, Marocains et Tunisiens auraient, à n’en point douter, plébiscité, à l’unisson, le candidat démocrate Barack Obama.