Transformation digitale et émergence de l’Afrique

21 Octobre, 2014
Géopolitique Africaine aux Assises de la Transformation digitale, Un levier pour

Les nouvelles technologies sont au cœur de la transformation des organisations et des systèmes économiques et sociaux dans le monde. L’Afrique émergente n’échappe pas à cette influence. Il s’agit donc de réfléchir à l’impact des nouvelles technologies de l’information et de la communication sur l’ensemble du continent. Si elle ne prétend pas pouvoir résoudre tous les problèmes, l’ « économie de la connaissance » est incontestablement porteuse d’espoirs pour l’Afrique.

On a parlé d’émergence pour le Brésil, la Russie, l’Inde, la Chine et l’Afrique du Sud (BRICS). A présent, on  parle de l’émergence du Mexique et de l’Indonésie. Des acronymes nouveaux apparaissent comme BRICSM pour le Mexique et BRIICS pour l’Indonésie.  Il faudrait un jour parler de BRICA : Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique, même si aujourd’hui un pays comme la Chine ne peut plus être considéré comme émergent. La mondialisation, comme espace homogène, n’exclut pas l’existence de vastes zones géographiques aux côtés des Etats.

Les pays africains sont considérés comme en voie de développement. Leur passage vers la catégorie de pays industrialisés nécessite un détour par celle de l’émergence. On estime que pour atteindre la phase de l’émergence la transformation digitale des activités économiques et sociales des pays africains est un préalable. Mais l’émergence, ce n’est pas que de l’économie. C’est aussi une somme de réinvention de l’Afrique au niveau de sa gouvernance, de son économie et de sa place dans le monde.

En quoi les nouvelles technologies peuvent-elles accompagner cette réinvention de l’Afrique de demain ?

La digitalisation de la société africaine passe nécessairement par les secteurs privés et publics. Des conflits d’intérêts sont quasi inévitables. Il est donc nécessaire de s’intéresser de près à la façon dont les acteurs publics vont contrôler l’utilisation des techniques numériques par les acteurs privés, sans entraver la liberté de ceux-ci, et en protégeant le citoyen-utilisateur  (choix des matériels, tarification, préservation de la vie privée).

En Afrique, mais surtout à l’est du continent (Kenya), l’usage de la téléphonie mobile par les citoyens en général et les agriculteurs, en particulier, pour les règlements bancaires, l’envoi de mandats ou les transactions financières, montre que la digitalisation des activités économiques et sociales est en marche. La Banque digitale de demain va se développer. Aujourd’hui, toutefois, les banques ne connaissent pas réellement leurs clients. Elles devront à l’avenir mieux les cerner pour les renseigner de façon rapide en matière de données tarifaires, comme en matière de risque.

Les assises de la Transformation digitale vont tenter de mettre sur la table tous les éléments du débat pour informer les pouvoirs publics et les acteurs privés sur la révolution digitale en marche, sur ses acquis et ses incertitudes. Car la digitalisation n’aura pas que des conséquences heureuses : si des emplois nouveaux apparaitront, d’autres disparaitront…

Lucien Pambou de Géopolitique Africaine, animera le panel intitulé « Banque et Innovation : la banque digitale, une révolution en marche » (31 octobre 2014, 9h00-10h15), secteur où son concept de Modèle Relationnel Numérique (MRN) prend tout son sens dans la mesure où les banques accélèrent leur transition numérique au moyen de plusieurs modèles adaptés à différents types de clientèle. Pour Géopolitique Africaine, le Modèle Relationnel Numérique conditionne toute stratégie de développement.

La Banque digitale généraliste est accessible sur internet mobile, elle est souvent accompagnée d’un réseau d’agences ou de centres d’expertise. Il reste aux banques à créer des banques digitales segmentées, voire à bas coût, s’adressant à des publics jeunes ou très peu fortunés. Les banques digitales doivent notamment ramener à elles les populations – très importantes en Afrique – du secteur informel dont l’appétence pour les technologies numériques n’est plus à démontrer.

Assises de la Transformation digitale
Un levier pour l’émergence de l’Afrique,
30 et 31 octobre 2014,
Pavillon Dauphine, Paris.
www.ciomag-event.com

 

Réagissez

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
  • Les adresses de pages web et de messagerie électronique sont transformées en liens automatiquement.
  • Tags HTML autorisés : <a> <em> <strong> <cite> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd> <h1> <h2> <h3> <sup> <p><br />
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Use to create page breaks.

Plus d'informations sur les options de formatage

CAPTCHA
Ces chiffres et lettres ci-dessous sont à saisir pour vérifier si vous êtes un visiteur humain afin d’éviter les soumissions automatisées spam !
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.

Vos réactions